L’histoire d’une vengeance mesquine contre des voisins bruyants


64

Ah, le goût sucré de la . Quoi de plus satisfaisant que de retrouver quelqu’un qui t’as fait du tort ?
Eh bien, c’est exactement ce qui est arrivé à cet homme lorsque ses voisins bruyants l’ont empêché de dormir la nuit. Malgré le fait qu’il devait se lever très tôt le lendemain matin pour le travail.

L’homme a partagé son

Redditor DarklyNear s’est rendu sur la page PettyRevenge pour partager son .
« Hé les gars et les filles ! Une énorme installation pour une très mesquine vers la fin. C’est calme, un peu trop calme. Il y a cette famille qui habite deux étages au-dessus de moi dans un immeuble. Cette famille a organisé une grande fête qui a dérapé il y a presque trois mois. Je suis rentré à la maison aujourd’hui vers 17h00 et je peux les entendre sur leur balcon faisant beaucoup de . Je repousse les limites de mon esprit et prends une douche, prépare un dîner pour moi et pour mon chien. Puis, je regarde un peu Netflix. Je me suis couché tôt car je dois me lever à 3h du matin le lendemain matin. Je mets des bouchons d’oreille, ferme les yeux et m’endors doucement.
Tout à coup, BOOM !! Un crash massif me réveille. Je m’assois bien droit dans mon lit et vérifie mon téléphone : 22h. Je me dirige de la chambre à la cour, pour accéder à la cour arrière, il faut ouvrir une grande porte vitrée coulissante. J’ouvre la porte et vois un ballon de football et une nouvelle empreinte du ballon sur l’une de mes vitres. Quelqu’un a jeté la balle dans la cour arrière, elle est tombée dans le couloir qui sépare ma cour de la rue et a frappé ma fenêtre de force.
Je lève les yeux vers les voisins bruyants sur leur balcon et il y a quatre enfants qui crient à tue-tête et jettent divers débris dans ma cour – des bouteilles en plastique, une balle de tennis errante. Je leur crie ; hé, taisez-vous s’il vous plait j’essaie de dormir !!!
Les enfants se précipitent à l’intérieur en riant. Mais quand je rentre à l’intérieur, je les entends se précipiter et continuer à jeter des objets dans ma cour. J’ai décidé de monter et frapper à la porte des voisins. En frappant à leur porte, personne ne répond, alors que j’entends des voix étouffées de rire et dire à quelqu’un qu’il y a une personne dehors. Ensuite, plus de rire, mais les hurlements et la musique continuent. Et je frappe à nouveau fort. Rien.
Je redescends en bas, vérifiant mon téléphone : il est maintenant près de 23 heures. J’appelle la police et j’explique à l’agent l’événement. L’agent confirme que d’autres locataires de l’immeuble ont également porté plainte. Alors qu’il examine les plaintes du passé, il demande : est-ce elles ? (il peut entendre les cris et la musique) Moi : oui !!!
L’officier m’a confirmé qu’il enverra une voiture maintenant. Je m’assieds, attends et vérifie la montre de mon téléphone. Il est maintenant 23h55. Je vais à la porte de sécurité et appui sur la sonnerie. Je peux entendre le bourdonnement aigu et désagréable résonner dans leur appartement.
Une femme me répond : bonjour !
Moi : oui, peux-tu baiser la musique s’il te plaît, il est presque minuit
La femme : qui est-ce ?
Moi : ça n’a pas d’importance s’il vous plaît !
La femme : oh, d’accord (elle raccroche)
Je m’assieds et attends. Quelqu’un augmente la musique plus fort. Je sonne à nouveau leur sonnerie. Et encore… Une jeune voix masculine répond : quoi ?
Moi : si tu n’arrêtes pas, le prochain appel est à la police
L’homme : tu peux menacer ou faire tout ce que tu veux, on s’en fiche !
Moi – je ne menace pas, si vous n’arrêtez pas ceci j’appelle la police
L’homme : on reçoit des amis chez nous, on va aussi forts qu’on veut aussi longtemps qu’on le veuille.
Frustré, je retourne dans mon appartement, je tourne un film et j’attends la police.
Je suis effrayé par la sonnerie de mon propre appartement. Je m’avance et réponds. C’est la police. Je regarde l’heure, il est 1h du matin. Je suis agacé, cela leur a pris si longtemps, et les voisins du haut me donne toujours de la rage. J’ouvre la porte et attends les officiers qui descendent. Ils sont sympathiques, ils peuvent voir que je suis épuisé et entendre le . Je leur explique tout, l’officier de sexe masculin explique que même s’ils sont propriétaires, ils doivent respecter les lois sur les ordonnances en matière de et les deux lois de la commission de la construction. Il prend ma déclaration et me demande en quel numéro d’appartement ils se trouvent. Donne-moi bonne nuit et me dirige vers eux. Je les entends frapper à la porte. Pas de réponse.
Police : c’est la police.
J’entends la porte s’ouvrir. La musique est finalement refusée et il en résulte une conversation de 30 minutes des voisins qui disent qu’ils sont propriétaires et peuvent faire ce qu’ils veulent. La police les a rapidement fermées, affirmant qu’elles perturbaient la paix et violaient divers autres codes et lois. Enfin, la police quitte les lieux à 1 h 45 et le silence règne dans l’immeuble.

Et maintenant, place à la vengeance mesquine.

Deux jours plus tard, je me promène avec mon chien et j’entends quelqu’un appuyer à répétition sur la sonnerie. J’arrive à la porte de sécurité avant. C’est un homme qui a répondu à la sonnerie ce soir-là, tient des cafés et s’est visiblement enfermé. Il a l’air ennuyé et a probablement été là depuis des lustres. Il me voit venir et le soulagement se lave sur son visage. Il pourra passer la porte de sécurité verrouillée pendant que je me dirige vers l’extérieur.
Ou alors que pense-t-il ? Je fais claquer la porte de sécurité, laisse mon chien passer en premier, puis je me glisse rapidement. Il se penche pour ramasser un petit sac de marchandises et, alors qu’il est sur le point de marcher, je claque la porte de sécurité et le verrouille à l’extérieur. Il se tient littéralement là. Sous le choc ! Je souris à mon chien alors qu’on va faire une très longue promenade.


Like it? Share with your friends!

64

0 Comments

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *